Nos Villes.
Notre Avenir.

Le Caucus des maires des grandes villes (CMGV) de la Fédération canadienne des municipalités est la voix des plus grandes villes du Canada. Les villes sont les moteurs qui font avancer notre pays en créant des emplois et en stimulant la croissance à l’échelle locale. Les villes du Canada sont également des pôles d’innovation qui génèrent, mettent à l’essai et partagent des solutions à des enjeux qui interpellent les collectivités de tout le pays.

Formé de représentants de 21 des plus grandes villes canadiennes, le Caucus des maires des grandes villes de la FCM constitue un forum où sont élaborées des politiques à l’égard d’une vaste gamme d’enjeux communs à nos plus grands centres. Par l’entremise de la FCM, le caucus des maires travaille en partenariat avec le gouvernement fédéral à renforcer notre pays de la façon la plus efficace qui soit : en renforçant nos villes.

Les villes membres du CMGV représentent 86 % de la population totale des grandes villes et produisent la plus grande partie du PIB du Canada.

Voir la liste de tous nos membres

QUE FAISONS-NOUS

Améliorer l’accès à des logements abordables et soutenir le logement social

Les solutions que nous proposons assureront des logements plus abordables aux Canadiens, protégeront les plus vulnérables de nos citoyens et stimuleront la croissance économique. Pour saisir cette occasion, le gouvernement fédéral doit prendre les mesures suivantes au cours des 100 premiers jours de son mandat :

Collaborer avec les villes canadiennes en tant que partenaires clés à l’élaboration et à la mise en œuvre de la Stratégie nationale sur le logement abordable et des modifications au mandat de la Société canadienne d’hypothèques et de logement proposées.

Créer une réserve pour le logement abordable à même le Fonds de l’infrastructure sociale proposée dans les objectifs suivants :

  • Réinvestir dans le parc actuel de 600 000 logements sociaux au Canada et soutenir ces logements;
  • S’attaquer à l'énorme déficit des réparations qui menacent de disparition les logements sociaux partout au pays;
  • Poursuivre et accroître les investissements dans des programmes fructueux comme Logement d’abord qui fournissent du soutien pour le logement et réduisent l’itinérance.

Stimuler le marché et la construction de logements locatifs abordables.

S’engager à réaliser, en partenariat avec les municipalités, l'inventaire proposé des terrains et des bâtiments fédéraux pour en reconvertir en logements abordables.

Pour plus de détails au sujet du plan de la FCM pour rendre les logements plus abordables et soutenir le logement social, cliquez sur le lien.

En Bref

Le secteur du logment represente
20%
du PIB du Canada.
Pour Chaque dollar investi dans les logements, le canada gagne
1,4B
end PIB.
Le cout de l'itinerance est estime a
7 MILLIARDS$ PAR ANNEE.
Les grandes villes canadiennes sont prêtes à travailler avec le gouvernement fédéral afin de rendre les logements plus abordables et de soutenir le parc actuel de logements sociaux au Canada. Des logements de qualité abordables stimulent le dynamisme et la viabilité de nos collectivités et en font des milieux de vie accueillants. Don Iveson, maire d’Edmonton (Alb.)

Réduire les embouteillages et les temps de déplacement

Les solutions qu’ils proposent diminueront les embouteillages qui paralysent les villes en améliorant les transports collectifs, ce qui permettra de réinjecter des dizaines de milliards de dollars en productivité perdue dans l’économie nationale tout en améliorant notre environnement. Pour saisir cette occasion, le gouvernement fédéral doit prendre les mesures suivantes au cours des 100 premiers jours de son mandat :

Travailler avec la FCM à l'élaboration d'un plan de financement à long terme des transports collectifs qui répondra aux besoins de toutes les villes du Canada en soutenant tant les grands travaux d'expansion des réseaux que le bon entretien des réseaux existants. Ce plan devrait :

  • Accorder la latitude de déterminer la participation du secteur privé;
  • Prévoir un financement prévisible à long terme pour connaître à l’avance les montants disponibles pour les projets locaux;
  • Soutenir en entier les coûts d’immobilisations des projets de transports collectifs, y compris les coûts qui ont toujours été supportés par les contribuables municipaux;
  • Stimuler les investissements absolument nécessaires dans les transports collectifs en signant des ententes de participation préliminaires qui permettront d’amorcer les projets sans délai.

Pour plus de détails au sujet du plan de la FCM pour améliorer les transports collectifs dans les villes canadiennes, cliquez sur le lien.

En Bref

En moyenne, les Canadiens perdent
32 JOURS PAR ANNÉE
pour aller au travail et en revenir.
La durée moyenne du trajet dans les agglomérations de Toronto, de Montréal, de Calgary et de Vancouver est supérieure à
UNE HEURE PAR JOUR
Dans la seule ville de Toronto, la congestion routiére coûte
11 MILLIONS $ EN PERTES DE PRODUCTIVITÉ
L'importance des investissements promis dans l'expansion et le renouvellement des infrastructures de transport collectif montrent que le gouvernement fédéral est prêt à s’associer aux municipalités pour atteindre nos objectifs communs, comme diminuer les temps de déplacement et améliorer la fluidité du transport des biens et des personnes. Berry Vrbanovic, maire de Kitchener (Ont.)

Assurer la sécurité et la mobilité des Canadiens et des marchandises

Les solutions que nous proposons pour investir et renouveler les infrastructures municipales du Canada créeront des emplois, faciliteront l'acheminement des marchandises jusqu'aux marchés et maintiendront la prospérité en période de ralentissement économique et de stagnation de la productivité. Pour saisir cette occasion, le gouvernement fédéral doit prendre les mesures suivantes au cours des 100 premiers jours de son mandat.

Mettre au point les propositions et les mettre en œuvre en partenariat avec les villes du Canada :

  • Établir de nouvelles ententes du genre du Fonds de la taxe sur l'essence pour les infrastructures de transport collectif, sociales et vertes, en s'assurant de prévoir des engagements précis pour les priorités locales;
  • Modifier en profondeur le Nouveau Fonds Chantiers Canada afin d'en améliorer la transparence et de préciser clairement la valeur des fonds accessibles pour les projets locaux;
  • Mettre sur pied la Banque de l’infrastructure du Canada, en veillant à ce que ce nouveau mécanisme de financement soit bien adapté aux besoins locaux;
  • Transférer les fonds non engagés à la fin de chaque exercice par le biais d’une hausse temporaire du Fonds de la taxe sur l’essence, en expliquant clairement le processus aux villes.

Pour plus de détails au sujet du plan de la FCM pour l’établissement d’un partenariat en matière d’infrastructures qui produira des résultats pour les Canadiens, cliquez sur le lien.

En Bref

Jusqu’à 50%
Gains de productivité réalisés au Canada entre 1962 et 2006,attribuables aux investissements dans les infrastructures publiques canadiennes,selon Statistique Canada.
Entre 1,2 et 1,64 milliard de dollars
Accroissement du PIB résultant de l’investissement d’un milliard dedollars en infrastructures.
La plupart des Canadiens estiment qu'il faut améliorer les routes locales et les réseaux de transport en priorité. Bien appuyées par un financement fédéral dédié et prévisible, nos villes s’attaqueront immédiatement à l’expansion et au renouvellement des infrastructures qui dynamisent le développement économique local et attirent les investissements créateurs d’emplois. Maxime Pednaud-Jobin, maire de Gatineau (Qc)

Réduire les émissions de gaz à effet de serre

Les grandes villes du Canada font partie des premiers gouvernements du monde qui ont officiellement pris acte des changements climatiques causés par les activités des êtres humains. Elles ont fait preuve de grand leadership en encourageant la concertation d’efforts mondiaux dans le but de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES), sources de changements climatiques. Elles ont préconisé l’établissement de cibles de réduction contraignantes, tant à l’échelle internationale que nationale et locale, l’identification des risques suscités par les changements climatiques et l’élaboration et la mise en œuvre de plans d’action pour en contrer les effets. Les grandes villes canadiennes sont persuadées que les initiatives de longue durée sont la clé de la force économique, de la viabilité sociale et d'une meilleure qualité de vie.

Accueillir un plus grand nombre de migrants syriens au Canada

Reconnaissant l’urgence d’agir face à cette crise humanitaire, les maires du Canada ont rapidement pris les choses en main dans leurs municipalités respectives en organisant et en facilitant les initiatives. Le Groupe de travail sur la réinstallation des migrants syriens, coprésidé par le président de la FCM, Raymond Louie, et le maire d’Halifax, Mike Savage, est à pied d’œuvre afin de coordonner les efforts des villes et des collectivités et de cerner les initiatives locales efficaces.

Mettre en œuvre les appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation du Canada

Les maires des plus grands centres urbains du Canada ont compris le grand rôle que peuvent jouer les municipalités dans le processus de réconciliation. Un groupe de travail du CMGV a été établi afin de mettre en œuvre les recommandations formulées à l’intention des gouvernements municipaux par la Commission de vérité et réconciliation. Le groupe de travail est chargé de diffuser les pratiques exemplaires de réconciliation et d’amélioration des relations entre Canadiens Autochtones et Canadiens non-Autochtones vivant dans les milieux urbains, ainsi que de cerner des domaines de collaboration fédérale-municipale.

La réconciliation doit inspirer les Autochtones et les non-Autochtones à transformer la société canadienne afin que nos enfants et nos petits-enfants puissent vivre ensemble dans la dignité, la paix et la prospérité de ces terres que nous partageons maintenant. Rapport final de la Commission de vérité et réconciliation